Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Vie réelle
  • La Vie réelle
  • : Il arrive un moment où il est conseillé de prendre les mots au sérieux................................ (ce blog est un dépôt de mes derniers articles en date - un conseil: regardez les par CATEGORIE en cliquant en haut à droite)
  • Contact

Recherche

1 janvier 2007 1 01 /01 /janvier /2007 19:39

LE MECANO DE LA GENERAL

(THE GENERAL)

de Buster Keaton et Clyde Bruckman
USA, 1926, 1h17, muet

Avec Buster Keaton, Marian Mack, Glen Cavender, Jim Farley, Frederick Vroom, Charles Smith

Le mécano Johnnie Gray a deux amours : Annabelle Lee, sa fiancée et une locomotive du type "The General". Lorsque la guerre de Sécession éclate, Johnnie veut s'engager mais l'autorité militaire estime qu'il sera plus utile à la cause sudiste. Le prenant pour un lâche, Annabelle refuse de le revoir.

Un visage cireux de clown triste, un masque humain projeté dans les soubresauts humains de la guerre, un homme voulant être un homme comme les autres pour être accepté par sa bien aimée : c'est ce personnage qui, de l'aveu même du cousin oublié de la famille Chaplin, lui donna son meilleur rôle.

En chevalier des temps modernes monté sur son cheval de fer, le cheminot Keaton part en guerre contre tous ceux qui lui volent sa condition de héros, dans une farce au nihilisme intact où des évènements qu'il ne dirige pas mais qui le mettent dans les états les plus délirants tout en lui donnant le privilège de la surprise sur les autres l'amèneront avec une bienveillance versatile vers une fin heureuse de "malgré lui".  

La puissance du film, comparé à d'autres grands muets, tient par le tracé d'une intrigue réaliste en diable (ce qui est assez rare pour être souligné), mettant le spectateur au coeur d'une histoire à laquelle on le fait croire à chaque image, chaque péripétie, comme si chacune des acrobaties de Johnnie Gray avaient pu avoir réellement eu lieu. D'autant plus que le corps de Keaton, dont l'expression physique confine au génie, joue parfaitement les émotions du personnage impassible : l'immobilité simiesque de son fameux visage légèrement triste et étonné n'en est alors, par opposition, que plus ironique.

Restauré par MK2 en 2004, la mise en musique du ce film exemplaire a été confiée au compositeur japonais Joe Hisaishi, le magicien des films de Takeshi Kitano et de Miyazaki. Et, pour une fois, le choix de MK2 s'est révélé judicieux : celui, luxueux, du meilleur faiseur de musiques de film du moment, fort de son expérience des chefs d'oeuvre animés japonais qui s'apparentent à leurs aînés muets de par l'expressionnisme dont le trait de Miyazaki parvient à doter les mouvements de ses personnages en papier, permet de reconnaître la patte du musicien par un reflexe d'enfant, donnant une proximité nouvelle à un film vieux de 80 ans.  

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Dartag - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

dissertation 03/09/2009 08:22

Blogs are so informative where we get lots of information on any topic. Nice job keep it up!!_________________dissertation