Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : La Vie réelle
  • La Vie réelle
  • : Il arrive un moment où il est conseillé de prendre les mots au sérieux................................ (ce blog est un dépôt de mes derniers articles en date - un conseil: regardez les par CATEGORIE en cliquant en haut à droite)
  • Contact

Recherche

27 avril 2008 7 27 /04 /avril /2008 20:48

...

24 Avril, profession de foi de génocidés ?


L'ultime paradoxe de la victime est de vouloir le rester.

Une perversion encouragée par l'importance que lui donnent les sociétés occidentales - à raison, mais exagérément - en l'érigeant au rang d'intouchable relique du mal, d'après un présupposé simple (mais qui fait "foi"): le témoin absolu du crime, par ses stigmates, devient lui-même le crime auquel on l'identifie - et auquel il s'identifie par conséquent.

Dès lors, on ne dit plus "génocide des arméniens", mais "génocide arménien" (simple erreur de sémantique?). Un impératif de propriété du drame, découlant du sentiment qu'ont les arméniens d'un crime qui "leur" appartiendrait, serait à eux, serait "arméniens" (et non "contre les arméniens").

Se pressentant les obligés d'un crime dont ils se sentent tributaires, les arméniens ne pensent alors plus seulement à se souvenir, mais à s'approprier, à porter, à se saisir d'un fardeau qui, une fois sur leurs épaules, n'est plus sur celui de ceux qui en sont coupables, désaisissant ainsi les assassins de leur crime.

En tant qu'obligés, les victimes croient devoir prouver éternellement qu'il a eu lieu. Exhibant continuellement ses/leurs stigmates (expos, conférences, argumentaires), ils s'abaissent à répondre encore et encore au bourreau qui leur dit: "prouve-le".

Pire: ils en font le (seul!) fondement de leur "qualité" d'arméniens, se privant du même coup du reste (la langue, la culture, etc.): se déniant ainsi, et parachevant du même coup le crime: en s'effaçant pour ne faire corps qu'avec lui... dont n'était-ce pas justement le but???

Etre arménien équivaut alors à être un génocide. D'aucuns, ainsi, me disent qu'ils sont arméniens le 24 avril, que leur devoir d'arménien c'est le 24 avril. D'autre ne le disent pas, mais le ressentent ainsi. Dont acte.

Le génocide devient dès lors un négationnisme du soi dans l'esprit de ceux qui s'en contentent.

 


Voir « La perversion historiographique. Une réflexion arménienne » du philosophe Marc Nichanian qui explique que «L’autorité du témoin réside dans sa capacité de parler uniquement au nom d’une incapacité de dire... »

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Dartag
commenter cet article

commentaires

Louise Kiffer 11/06/2009 14:53

Je voudrais encore ajouter quelque chose.Les atrocités subies au cours du génocide arménien étaient impossibles à dire.Les morts de peuvent plus parler et ce sont eux qui auraient pu peut-êtredire ce qu'ils ont vécu. Le même phénomène s'est passé pour les chambres à gaz, il était impossible d'en parler, c'est pourquoi certains disent: ce n'est pas vrai,cela n'a pas existé, sinon ça se dirait comme n'importe quoi d'autre.Mais justement, c'est pas n'importe quoi d'autre. L'un des plus terriblesévénements dans l'antiquité a été la peste d'Athènes. Platon en été témoin.Or, il n'en parle pas du tout. 

Louise Kiffer 20/08/2008 17:36

A propos de la citation de Marc Nichanian:Un passage de l'Espèce humaine" de Robert Antelme:" À peine commencions-nous à raconter, que nous suffoquions. À nous-mêmes, ce que nous avions à dire commençait alors à nous paraître inimaginable.Cette disproportion entre l'expérience que nous avions vécue et le récit qu'il était possible d'en faire ne fit que se confirmer par la suite."

jean-Baptiste ALEXANIAN 17/05/2008 15:36

C'est beau ce que tu dis Sevan!